Sous l’égide du SAMIFIN et avec l’appui de la Banque Mondiale et du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), Madagascar est à pied d’œuvre pour finaliser le processus d’évaluation des risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme lancé en juin 2017.

Les parties prenantes à cette cause travailleront les 3 et 4 avril 2019 à l’Hôtel Colbert Antaninarenina pour finaliser les résultats du processus d’évaluation nationale des risques, en matière de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme, développé par tous les acteurs intervenants dans le dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme avec l’accompagnement technique de la Banque Mondiale  Organisé conjointement avec l’appui du PNUD, cet atelier servira par ailleurs à établir les plans d’actions sectoriels et transversaux afin d’atténuer les risques identifiés à l’issue du processus en question.

Cet atelier de travail sur les Plans d’actions relatives à l’évaluation Nationale des Risques en matière de Blanchiment de Capitaux et de financement du terrorisme passera en revue les questions des menaces, de la vulnérabilité nationale, des situations respectives des secteurs Banque, Assurances et Autres institutions financières par rapport à ce sujet. Seront également traités le cas des entreprises et professions non financières désignées (EPNFD) comme celles du secteur de l’immobilier, les concessionnaires automobiles, les notaires, les avocats, les experts comptables, les Casinos, les négociants de métaux précieux et pierres précieuses ainsi que la question de l’inclusion financière.

A noter que l’évaluation nationale des risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme figure dans la recommandation 1 du Groupe d’Action Financière (GAFI) et revêt une importance majeure dans la mesure où les résultats obtenus constitueront les bases de l’élaboration des politiques et stratégies nationales de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

L’appui du PNUD à ce processus s’inscrit dans la continuité des efforts engagés avec le Gouvernement en matière de lutte contre la corruption en général. En 2017, un appui au SAMIFIN a été déjà apporté pour sensibiliser les entreprises et professions non financières désignées noté EPNFD (le secteur de l’immobilier, les concessionnaires automobiles, les notaires, les avocats, les experts comptables, les Casinos, les bijouteries) sur leurs obligations légales dans le cadre de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

 
Pour plus d'informations, contacter :
Pour le PNUD : Ramatoulaye MOUSSA MAZOU – Chargée de communication – Tel : 032 23 467 93 – ramatoulaye.moussa@undp.org
Pour le SAMIFIN :  cellule communication – Tel : 020 22 332 23 - contact@samifin.mg